Anne-Marie Faucon née en 1950
vit à Nevers

En parallèle ou dans le cadre de ma profession d’enseignante en arts, j’ai toujours eu une pratique du dessin. Le dessin comme outil de prise de notes, outil de projet, outil de transmission, outil de jeu, outil de plaisir, sans volonté de faire «œuvre».
Depuis quelques années, je développe une production plus construite, basée sur l’observation et l’épui- sement d’un sujet, sous forme de séries. Les sujets sont généralement pris dans mon environnement proche, ce sont des objets souvent banals, rendus «intéressants» par la répétition, le jeu de variations, la collection, le regroupement taxinomique, la dé-contextualisation.

Ces principes de système sériel instaurent une mise à distance que je tempère par un travail sensible avec la lumière, la matière, la couleur.
A la modestie des objets observés correspond la fragilité du support, la légèreté ou la fluidité du mé- dium : le papier, l’encre, l’aquarelle.

Anne-Marie Faucon